Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -30€ dès 399€, -100€ dès 999€
Voir le deal

 

 Investissement et financement des entreprises tunisiennes.

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
firas
Elève
Elève
firas


Masculin Nombre de messages : 175
Age : 36
Localisation : tunis
Date d'inscription : 21/08/2007

Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitimeMer 22 Aoû - 15:55

Créée en mars 2005, dans le but de soutenir financièrement les jeunes promoteurs à lancer leurs propres projets, contribuant ainsi à alléger la charge de l'Etat et fournir des emplois à plus de 80 mille demandeurs chaque année, la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (BFPME) poursuit sa mission à pas sûrs, dans la mesure où les responsables de la Banque affirment que le taux de recouvrement des crédits est actuellement aux alentours de 99,5%.




En deux années, la banque a approuvé, jusqu'à juillet 2007, le financement de près de 340 projets pour un montant total de plus de 80 MD, selon les derniers chiffres fournis par la BFPME. Les projets financés, dont 286 de nouvelles créations et 52 projets d'extension pour un coût total d'investissement de l'ordre de 300 MD, touchent aux secteurs des industries agroalimentaires, de la verrerie, de la céramique, du bâtiment, ainsi que les industries chimiques et la plasturgie, ainsi que l'agriculture... Selon la même source, ces projets devraient générer pas moins de 5.000 postes d'emploi.



Projets variant entre 80 mille et 4 MD

Les projets approuvés représentent 30% des demandes de financement déposées auprès de la banque depuis sa création, soit au total 965 demandes dont 774 pour la création de nouvelles entreprises et 186 pour des projets d'extension. Etant une banque de proximité, la BFPME compte sur la capitalisation de son expertise pour évaluer correctement les potentialités en matière de rentabilité des projets.

En effet, la BFPME intervient dans le financement de projets dont le coût varie entre 80 mille et 4 MD. Sa particularité, c'est qu'elle n'intervient pas seule. Bien au contraire, elle contribue à hauteur de 25 à 50% du coût total de l'investissement en cofinancement avec les institutions bancaires de la place (banques, Sicars,...), tout en se basant sur les garanties de la Société tunisienne de garantie (SOTUGAR). Cette dernière a pour mission de sécuriser les bailleurs de fonds et garantir la rentabilité des projets. L'objectif étant "de partager les risques", indiquent les premiers responsables de la banque.

Ainsi, la BFPME s'allie aux banques commerciales et institutions financières dans le financement des nouveaux projets, afin de permettre de dégager des fonds de roulement pour les nouveaux promoteurs. C'est pourquoi elle applique les même taux d'intérêts appliqués par les autres banques.



Des taux d'intérêts jugés élevés

Des taux jugés comme élevés par les nouveaux promoteurs de projets qui ont du mal à les supporter et s'interrogent « pourquoi la BFPME n'a pas opté pour une autre solution compte tenu de sa mission particulière qui est celle d'apporter l'assistance et le soutien nécessaires pour faciliter la création de PME et favoriser le développement des PME existantes en finançant les opérations d'extension ?».

Les jeunes promoteurs craignent que la banque se retrouve un jour dans une impasse du fait de vouloir solliciter soit des crédits ou de participation des institutions financières dans son capital, telles que la BEI (Banque européenne d'investissement), la JBCI du Japon, l'Exim Bank, la banque française Oseo, la banque de développement du Canada, l'Agence française de développement (AFD),... Dans ces cas, il est clair que les conditions de crédit seront de plus en plus difficiles.

A cet égard, les responsables de la banque soulignent que la BFPME n'est pas venue concurrencer les autres banques, rappelant qu'à l'instar de la BDPME (Banque de développement des PME en France), la BFPME a un actionnariat cent pour cent public (l'Etat tunisien, Tunisie Télécom, le Groupe chimique, l'Office de l'Aviation civile et des aéroports, l'Office du commerce de Tunisie ainsi que la Société tunisienne de garantie).

Or, les entreprises nationales, en grande majorité des PME, souffrent d'une sous-capitalisation importante. Environ 75% des entreprises « copilées », dans le cadre du programme de mise à niveau industrielle, souffrent d'une structure financière caractérisée par l'insuffisance de fonds propres.

En même temps, les entreprises tunisiennes tournent le dos au marché financier, qui n'assure que 30% des investissements. A l'évidence, les caractéristiques spécifiques inhérentes aux PME tunisiennes font que le financement de la création d'une entreprise reste, désormais, le maillon faible du système de financement des PME.

Faut-il rappeler que celles-ci ne facilitent pas la tâche aux Banques. En effet, les PME ont une structure financière dominée par la dette ( le ratio moyen des dettes sur fonds propres se situe autour de 1,6), une structure de la dette dominée par le court terme, un accroissement rapide de la dette fournisseur, une montée importante des crédits clients et un taux d'investissement qui se stabilise à des niveaux bas.

Alors que faire si la BFPME ambitionne de doubler ses chiffres en portant le nombre des projets qu'elle finance à 450 projets (112,5 MD) en 2008 et 600 projets (150 MD) en 2009 ?.
Revenir en haut Aller en bas
firas
Elève
Elève
firas


Masculin Nombre de messages : 175
Age : 36
Localisation : tunis
Date d'inscription : 21/08/2007

Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Re: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitimeMer 29 Aoû - 14:25

Entrée en phase de production de six unités industrielles
• Evolution des intentionsd’investissement en juillet
Six nouvelles entreprises industrielles dont le coût de création est estimé à 2.963.000 dinars, sont entrées en phase de production au mois de juillet 2007, dans le gouvernorat de Ben Arous.
Ces unités qui emploient 168 personnes opèrent dans les domaines de l’industrie plastique, des composants et équipements électroniques, de l’imprimerie et de la couture.
La direction régionale de l’agence de promotion de l’industrie (API) a déjà fait état de l’évolution des intentions d’investissement au cours du mois de juillet et dont la valeur a atteint 65.612.989 dinars.
Une soixantaine de projets dans les activités industrielles et de services seraient ainsi réalisés et permettraient de créer 1.077 emplois.
Le nombre des projets déclarés dans le secteur de l’industrie a atteint 35 projets d’un coût total dépassant les 60 millions de dinars et devant créer 968 emplois dans les domaines de l’agroalimentaire, des industries mécaniques, du textile- habillement, du cuir et des industries diverses.
Concernant le secteur des services, le nombre des projets déclarés s’élève à 26 projets avec un total d’intentions d’investissement estimé à 5.192.189 dinars.
Ces projets permettront, à leur entrée en production, de générer 109 emplois additionnels, notamment dans les domaines des études et du consulting, du transport, de l’informatique, de l’animation et de la protection de l’environnement
L’IFO : l’économie allemande est solide

Faits marquants de la journée du 28-08-2007
Revenir en haut Aller en bas
firas
Elève
Elève
firas


Masculin Nombre de messages : 175
Age : 36
Localisation : tunis
Date d'inscription : 21/08/2007

Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Re: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitimeVen 31 Aoû - 11:51

Zaghouan - investissement

Une importante dynamique industrielle
• 10 zones industrielles de 350 ha dont 233 ha aménagés

Le gouvernorat de Zaghouan compte plusieurs entreprises industrielles dont le tiers est constitué d’entreprises étrangères et mixtes opérant dans les secteurs prometteurs et à haute valeur ajoutée.

Le nombre d’entreprises installées dans la région s’élève à 350 entreprises dont 90 totalement exportatrices créées pour des investissements de l’ordre de 90 millions de dinars et offrant plus de 50% des emplois dans le domaine industriel, outre 63 entreprises étrangères réalisées moyennant une enveloppe de 40 millions de dinars, soit 9% du total de l’investissement industriel réalisé dans la région.

Le secteur industriel à Zaghouan est le premier secteur employeur à hauteur de 27,5% du total des autres secteurs de la région. Il procure actuellement 16.000 emplois contre 2.430 emplois en 1987.

Le gouvernorat de Zaghouan dispose de 10 zones industrielles s’étendant sur une superficie globale de 350 hectares (ha) dont 233 ha aménagés.

Un programme pour la constitution de réserves foncières industrielles de près de 300 ha est actuellement en cours d’élaboration dont plus de 100 ha dans la délégation de Zriba où l’activité industrielle est appelée à s’intensifier, eu égard à la proximité de ladite zone de l’aéroport d’Enfidha.

Par ailleurs un programme présidentiel visant l’élargissement de la zone industrielle de Zriba est actuellement en cours d’exécution. Ainsi, avec l’ajout de 8 ha, cette zone atteindrait une superficie totale de 20 ha.

Le programme de mise à niveau (PMN) des entreprises dans le gouvernorat de Zaghouan a pour objectif d’améliorer la compétitivité des entreprises en assurant un bon rapport qualité/prix. Jusqu’à ce jour, 31 programmes de mise à niveau nécessitant des investissements de l’ordre de 144 millions de dinars ont été approuvés et 36 autres le seront prochainement.


Dernière édition par le Ven 7 Sep - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
firas
Elève
Elève
firas


Masculin Nombre de messages : 175
Age : 36
Localisation : tunis
Date d'inscription : 21/08/2007

Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Re: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitimeVen 7 Sep - 14:40

Création d’entreprises et stratégies de marketing
• Des avantages accordés aux investisseurs dans la zone industrielle d’Enfidha

• Investissements-débats d’experts économiques japonais

Organisé récemment à Sousse par les Jeunes chambres d’Akouda et d’Hammam-Sousse, un séminaire sur la «Création d’entreprises et stratégies de marketing» a réuni des responsables de l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica), ainsi que les représentants des divers OLM de Tunisie, de l’Api, du Cepex, de l’Espace entreprendre, de la Chambre d’industrie et du commerce du Centre, notamment. Ce séminaire a comporté plusieurs interventions-débats d’experts économiques japonais.
Revenir en haut Aller en bas
kam2com
Admin
kam2com


Masculin Nombre de messages : 435
Localisation : Sfax
Date d'inscription : 16/08/2007

Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Re: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitimeDim 9 Sep - 12:39

Textile habillement - Sept premiers mois de 2007

Une croissance à deux chiffres



La valeur des exportations s'est située aux alentours de 228MD soit une augmentation de 20,2%Le secteur enregistre une augmentation en volume à l’export



Le début de l’année 2007 semble confirmer largement la bonne reprise du secteur du textile habillement tunisien enregistrée en 2006, lors de son deuxième semestre notamment.Les résultats des sept premiers mois de 2007 sont, de ce fait, largement rassurants. Le secteur a réussi à assurer une croissance à deux chiffres. Le comportement du secteur au niveau du commerce extérieur confirme nettement cette tendance. La valeur des exportations s’est située justement aux alentours de 3.228 MD soit une augmentation de 20,2% par rapport à la même période de l’année écoulée.

Les importations ont réalisé de leur côté une augmentation significative avec un montant global de 2 140 MD soit une progression de 28,3% par rapport à la même période de 2006.

Mais ce qui est réellement significatif, c’est que pour la première fois depuis 2001, le textile habillement tunisien assure une croissance en volume.

Ce bon comportement du secteur, comme s’en félicite M. Néjib Kharafi, directeur général du centre technique du textile «a permis au secteur tunisien de retrouver une cinquième place à l’échelle européenne après avoir chuté au 7e rang».

Le directeur général du Cettex reconnaît justement que «le textile tunisien subit, et c’est bien là un facteur largement positif, des mutations profondes au double niveau quantitatif que qualitatif».

Mme Dalila Ben Yahia, directrice au centre, estime de son côté que «le secteur se professionnalise de plus en plus. Il gagne régulièrement en qualité, en rentabilité et donc en compétitivité».

Toutefois, pour Mme Ben Yahia, «l’indicateur le plus performant reste sans aucun doute les investissements.On investit de plus en plus aussi bien au niveau matériel qu’immatériel. C’est bien là un signe de confiance en l’avenir du secteur que les industriels pensent à potentiel réel».



Ce qui conforte clairement la tendance professionnelle du secteur et son gain de qualité, c’est que plus de 50% des entreprises adhérentes au programme de mise à niveau national opèrent dans le textile habillement. Les statistiques relèvent à ce propos que pour l’année 2007 et jusqu’à fin mai, 49 dossiers ont été approuvés sur un total de 97, soit 1 dossier sur 2 émane du textile habillement.

Il faut reconnaître toutefois que le mérite de la bonne santé du textile habillement tunisien revient,sans aucun doute, à une stratégie de développement fiable. Ainsi, Mme Ben Yahia estime que «les multiples dispositions ou encore mesures décidées en faveur du secteur se sont avérées payantes, efficaces et pertinentes».

Justement, grâce à ces mesures, le secteur du textile habillement, fort de sa rapidité de réponse et de la qualité de ses produits, a su résister, corriger ses faiblesses et continuer ainsi à progresser et à se développer.



Une politique de formation payante



Il faut dire également que le soutien des structures d’appui, notamment le centre technique du textile a aidé largement le secteur à mieux se comporter. En effet, à travers sa mission d’anticipation et d’accompagnement des entreprises dans leur quête de mutation, le Centre se retrouve au coeur même du processus de promotion et de modernisation du secteur. Le directeur général du Cettex se félicite du travail déjà effectué. D’ailleurs, jusqu’à fin août 2007, le Centre a réussi à réaliser ses objectifs annuels et à traduire au concret ses prévisions pour toute l’année. Bien mieux, en matière de formation continue, le Centre a réussi également à doubler son chiffre d’affaires. Ainsi, on apprend que pour le 1er semestre 2007, le Cettex a dépassé les chiffres d’affaires cumulés des années 2005 et 2006.

Cette politique de formation retenue a permis au secteur d’améliorer nettement le niveau des qualifications pour permettre ainsi à cette industrie de gagner largement en qualité.

En plus du soutien des structures d’appui, Néjib Kharafi se félicite «du dynamisme qui caractérise les entreprises opérant dans le secteur et la bonne volonté de l’administration d’assister régulièrement et durablement cette industrie hautement stratégique».Cela est d’autant plus vrai que le textile habillement est et restera, vraisemblablement, durant les prochaines années, le premier secteur employeur et exportateur du pays. Si tant est,bien entendu, qu’il soit en mesure de conserver ce dynamisme.

D’ailleurs, le DG pense que «l’environnement actuel du secteur est bien favorable pour aller encore plus loin. Il suffit de s’entourer des dispositions nécessaires et de savoir anticiper, à temps, les tendances sur le marché international, européen notamment». Un tel comportement «ne manquera pas de répondre positivement au souci de consolider encore plus l’image de la Tunisie en tant que leader régional».

Toutefois, pour relever ce défi, Mme Ben Yahia estime qu’il «est important aujourd’hui d’être vigilant et prudent, de rester à l’écoute et de continuer à adapter régulièrement les outils». Pour elle, «il ne faut jamais être spectateur mais plutôt acteur».
Revenir en haut Aller en bas
https://kam2com.forumdediscussions.com
firas
Elève
Elève
firas


Masculin Nombre de messages : 175
Age : 36
Localisation : tunis
Date d'inscription : 21/08/2007

Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Re: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitimeMer 12 Sep - 12:31

Investissement privé
LA participation du secteur privé à l'effort d’investissement connaît, d’une année à l’autre, une évolution positive. Seulement, avec 56,5% en 2006, la contribution du secteur privé à l’investissement global demeure en deçà de l’objectif de 58,5% retenu dans le cadre du Xe Plan.

Sans doute, l’implication du secteur privé a-t-elle gagné en qualité dans la mesure où les investissements réalisés dans les activités à fort contenu de savoir ont connu une hausse significative. Leur part en effet dans l’investissement total est passée de 14% en 1997 à 19,5% en 2004 et à 20% en 2006. De même, les investissements dans les secteurs porteurs et innovants ont augmenté en moyenne de 14,7% contre seulement 6,5% pour l’ensemble des investissements.
Il n’empêche, la nécessaire accélération de la croissance, telle que appuyée et soulignée dans la note d’orientation du XIe Plan et de la décennie 2007-2016, appelle à l’évidence non seulement une plus active implication de la sphère privée des affaires mais cette implication se doit aussi d’être de qualité.
A cet égard, l’obligation de compétitivité dont est tenu le secteur privé s’agissant des entreprises existantes ne peut nullement l’exonérer d’un effort dans le sens de la création de nouvelles entités économiques. D’ailleurs, toute création est génératrice de nouvelles richesses et pour l’entreprise et pour l’économie dans son ensemble. Pour une entreprise d’une certaine taille, la création à travers l’externalisation ou l’essaimage, lui permet de se concentrer sur son activité principale et de gagner par conséquent en compétitivité.
Ce recentrage et la focalisation sur sa vocation principale confèrent par ailleurs à l’entreprise une grande latitude et capacité à sonder de nouveaux marchés à l’export.
Moteur de la croissance, l’investissement est également vertueux en ce sens qu’il permet, tout en consolidant la base économique, de régénérer le tissu productif. Cette régénération et l’apport de sang nouveau que constitue la création de nouvelles entreprises sont déterminants pour une économie émergente comme la nôtre. Le désengagement de l’Etat des secteurs compétitifs doit de ce point de vue être considéré comme un signal fort en direction du secteur privé à l’investissement.
Tout à son mérite, en même temps qu’il défend le principe de la libéralisation et de l’ouverture économiques, l’Etat se montre rassurant à l’égard du secteur privé en lui fournissant une solide plate- forme pour sa compétitivité, de manière à ce que, dans un environnement formidablement ouvert et très concurrentiel, il entre en concurrence d’égal à égal avec les titans de l’économie mondiale.
Autant de considérations qui, à l’évidence, militent en faveur d’une implication plus forte du secteur privé dans l’œuvre du développement. L’accélération du rythme de la croissance en est largement tributaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Empty
MessageSujet: Re: Investissement et financement des entreprises tunisiennes.   Investissement et financement des entreprises tunisiennes. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Investissement et financement des entreprises tunisiennes.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Business :: Suivi de l'actualité économique nationale-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser